COMMENT REVENIR AU SEIGNEUR JÉSUS APRÈS AVOIR ÉTÉ SOUMIS À LA RÉTROGRADATION SPIRITUELLE

Comme vous le savez, peut-être, mes bien-aimés en Christ, les chrétiens soumis à la rétrogradation spirituelle par l’adversaire sont ceux qui retournent dans l’incrédulité et le péché (Hébreux 3 : 12-13), après avoir passé par une conversion spirituelle en Jésus-Christ. Ceci veut dire retourner à son ancienne vie de péché et d’idolâtrie ou tout simplement retourner en arrière en opérant un glissement spirituel.

Les causes majeures qui poussent les chrétiens à rechuter dans le péché sont les suivantes :

L’incrédulité et l’idolâtrie– Job 21 : 14, Job 21: 17, Hébreux 3 : 12, Hébreux 10:38, 1 Corinthiens 6 : 9-10, Apocalypse 21 :8

L’amertume qui prive les chrétiens de la grâce de Dieu :  Néhémie 8 :10, Hébreux 12 : 15, Psaume 28 : 7-8

Le fait d’oublier Dieu – Deutéronome 6 : 12, 2 Rois 17 : 18, Deutéronome 32 : 18, Psaume 9 : 17

L’amour pour le monde ou le siècle présent- 1 Jean 2 : 15-17, 2 Timothée 4 : 10

L’amour de l’argent – 1 Timothée 6 : 10, Matthieu 13 : 22, Colossiens 3 :5

Les philosophies non chrétiennes– Colossiens 2 : 8, Éphésiens 5 : 6, Hébreux 13 : 9

La veille nature et la convoitise – Éphésiens 4 : 22, 2 Corinthiens 5 : 17

Recherchez la paix avec tous, et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur.

Hébreux 12 : 14


Comment peut-on prévenir une rechute spirituelle dans le péché?

En demeurant dans la parole de Christ (Jean 15 : 4-7, Hébreux 12 : 14, 2 Timothée 3 : 16, 1 Jean 2 : 6).

En persévérant dans l’enseignement de la parole, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain, et dans les prières aussi bien individuelles que collectives (Actes 2 : 42, Actes 1 : 14, Hébreux 10 : 25, 1 Thessaloniciens 5 : 16-18).

En traitant durement son corps et en le tenant assujetti (1 Corinthiens 9 : 27, Romains 8 : 13).

En s’attachant d’un cœur ferme au Seigneur et en le servant fidèlement selon son plan et sa volonté afin d’accomplir pleinement notre part dans l’œuvre de Dieu (Habacuc 2 : 1, Jean 6 :38, Jean 4 :34).

En combattant le bon combat de la foi avec une bonne conscience (1 Timothée 1 :18- 19, 1 Thessaloniciens 5 : 16-18, 1 Corinthiens 2 : 16b).

Depuis, Jésus le trouva dans le temple, et lui dit: Voici, tu as été guéri; ne pèche plus, de peur qu’il ne t’arrive quelque chose de pire.

Jean 5:14

Il est important de préciser que quand une fille ou un fils d’alliance, en Jésus , opère un mouvement rétrograde dans le péché, le Saint-Esprit ne va pas le quitter, Il sera plutôt  attristé, car Il ne tolère pas le péché.

L’Esprit de notre Seigneur Jésus ne laissera pas un rétrograde en paix, s’il est réellement né de nouveau en Jésus, jusqu’à ce qu’il retourne sincèrement à celui qui l’a racheté par son sang précieux.

Le diable utilise beaucoup plus le péché sexuel pour fragmenter ou détruire les destinées des humains, chrétiens ou non chrétiens (Éphésiens 4 : 17-30). L’impudicité ouvre grandement les portes aux esprits dévoreurs tels que les esprits des eaux, les maris ou les femmes de nuits (1 Corinthiens 6 : 18).

Le Seigneur Jésus, dans sa miséricorde, appelle les chrétiens rétrogrades à revenir à lui de tout leur cœur pour jouir à fond de sa grâce aux multiples facettes (Joel 2 : 12-13). Ce retour à Christ requiert une repentance sincère qui s’accompagne, dans certains cas, de jeûnes et de pleurs afin de recevoir une réponse favorable de la part du Seigneur (Daniel 9 :3; Ézéchiel 33 :11; 1Samuel 7 :3; 1 Jean 1:9, Tite 2: 14).  

Revenez vite à notre Père Céleste qui vous entend avec ses serviteurs pour vous revêtir des habits royaux conçus spécialement pour fêter votre retour à la vie. Le Seigneur Jésus enlèvera donc votre iniquité et vous revêtira d’habits de fête avec un turban pur sur votre tête (Zacharie 3 : 1-5, Luc 15 :11-24).

Le Seigneur Jésus revient bientôt!

NDB-TONY KUNSENDE

ALLOCUTION DU DR MUKWEGE À L’OCCASION DU COLLOQUE SUR LE RAPPORT MAPPING

Il n’y a ni ténèbres ni ombre de la mort, Où puissent se cacher ceux qui commettent l’iniquité. Dieu n’a pas besoin d’observer longtemps, Pour qu’un homme entre en jugement avec lui; Il brise les grands sans information, Et il met d’autres à leur place;

Job 34 : 22-24

Ce colloque voulu par le prix Nobel de la paix 2018, le Dr. Denis Mukwege et par l’Institut francophone pour la justice et la démocratie,  s’est tenu le lundi 02 décembre 2019, à Paris.  Le Rapport Mapping des Nations Unies sur les droits humains a recensé les violations les plus graves des droits humains et du droit international humanitaire, 617 crimes, commis en République Démocratique du Congo (RDC) entre mars 1993 et juin 2003. La justice n’a jamais été rendue sur ces crimes commis par les armées étrangères et leurs alliés en RD Congo.

Allocution du Dr Mukwege à l’occasion du colloque sur le rapport Mapping

Mr Le Président de l’Assemblée Nationale, Mesdames et Messieurs les députés, Mr Le Président de l’Institut Francophone pour la Justice et la Démocratie, Distingués invités, Mesdames, Messieurs,
Il nous a été demandé d’évoquer avec vous « Quelles sont nos attentes suite au rapport Mapping » ?

Elles sont grandes et nombreuses, car nous sommes convaincus qu’il n’y aura pas de paix sans la justice en RDC et dans la région des Grands Lacs.

Je tiens d’abord à remercier l’IFJD et tous ceux qui vont apporter leurs expériences et leur expertise durant ce colloque qui a vocation à faire sortir de son placard le rapport Mapping, et à faire sortir les autorités congolaises et la communauté internationale de leur procrastination face à la nécessité d’exploiter tous les outils de la justice transitionnelle en RDC : l’heure n’est plus à l’attente mais à l’action.

A l’occasion des 20 ans du massacre commis à Lemera, en octobre 2016, j’étais retourné sur place, à l’hôpital où j’ai commencé ma profession de gynécologue obstétricien, et où 30 de mes patients et membres de mon personnel soignant ont été sauvagement assassinés le 6 octobre 1996.

Cette date restera pour toujours gravée dans ma mémoire et marque le début des atrocités de masse commises au Congo. Les troupes de l’AFDL, qui se présentaient comme des « libérateurs », dirigés par Laurent Désiré Kabila et soutenues par le Rwanda, commencèrent leur marche à travers le pays pour chasser les Hutus et mettre fin à l’ère du Maréchal Mobutu.

20 ans plus tard, j’étais de retour à l’hôpital de Lemera avec Sonia Rolley, journaliste à RFI. Nous cherchions à nous entretenir avec des survivants, des témoins de ce crime de guerre.

Aucune plaque commémorative n’a été érigée, pas même une simple croix pour signaler la fosse commune où les restes humains de mes patients et de mes collègues reposent – probablement pas en paix – sur le flanc de l’Hôpital.

Lors de ce voyage à Lemera, j’étais accompagné de la fille d’une victime. C’était la première fois qu’elle retournait sur les lieux du crime où ses parents ont perdu la vie, et son seul souhait était de déposer des gerbes de fleurs sur leur sépulture. Sa déception fut grande de constater qu’aucune trace n’évoquait la vie de ceux qui lui étaient si chers.

Elle m’avait expliqué son incapacité à faire son travail de deuil et confié que dans ses rêves, elle nourrissait toujours l’espoir que ses parents reviendraient…

Mesdames, Messieurs,   

L’ambiance est lourde dans ce village, où l’on sent directement le poids d’un traumatisme individuel et collectif, mais aussi de la peur. Personne ne semblait vouloir s’exprimer.

Alors que nous étions en passe de reprendre la route pour rejoindre Bukavu, un infirmier s’approcha, et nous dit : « Docteur, on ne peut pas parler, le Commandant de l’armée en poste ici, était l’un des auteurs du massacre à l’Hôpital il y a 20 ans. Si nous parlons, il nous tuera ».

Vingt ans après, la population est profondément terrorisée, l’absence de la libération de la parole et de la vérité empêche toute possibilité de guérison et de renouer avec le fil d’une vie normale.

Mesdames, Messieurs,

On ne construira pas la paix avec des bourreaux en uniforme qui intimident chaque jour les victimes.

Parmi les mesures les plus urgentes préconisées par le rapport Mapping, il y a donc l’assainissement de nos institutions.

Après 20 ans de présence de la plus grande mission de maintien de la paix des Nations Unies, si la stabilité n’est toujours pas assurée, si les initiatives de paix sont bloquées, si les massacres continuent dans l’impunité en Ituri, dans les Kivus, ou au Maniema, c’est tout simplement parce que les criminels sont protégés au plus haut niveau de l’Etat et au plus haut niveau de la hiérarchie de nos forces de sécurité et de défense.

Lire la suite ici.