YAHVÉ : JE SUIS CELUI QUI SUIS


Dieu dit à Moïse: JE SUIS CELUI QUI SUIS. Et Il ajouta: C’est ainsi que tu répondras aux enfants d’Israël: Celui qui s’appelle “Je suis” m’a envoyé vers vous.


Exode 3 : 14

Jésus leur dit: En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu’Abraham fût, JE SUIS.

Jean 8: 58

Yahvé.  C’est le nom le plus employé dans l’A.T. (6499 fois) ; il est rendu en français par l’Éternel. Cette appellation approximativement conforme, traduit non pas un substantif mais une épithète qui, en hébreux se présente sous la forme d’un tétragramme Y H V H. C’est le nom ineffable, que les juifs n’avaient pas le droit de prononcer et auquel ils devaient substituer dans la lecture le Seigneur (mon Seigneur, Adonaï). C’est pour cette lecture que les massorètes eurent l’idée d’accompagner les 4 consonnes Y H V H des voyelles appartenant au substantif Seigneur(Adonaï).

Le lecteur juif ne s’y trompait pas ; il savait qu’il avait sous les yeux deux mots en un, l’un tout en voyelles et l’autre tout en consonnes. Mais plus tard les traducteurs chrétiens transcrivirent fautivement par « Jéhovah », exprimant ainsi un seul mot là où il y en avait deux. C’est par YaH VeH, ou Yahvé, qu’il convient de rendre le tétragramme sacré. La traduction par « L’Éternel » exprime l’idée étymologique donnée par la Bible elle-même. D’après Ex 3.14, YHVH signifie en effet « Celui qui est ». Nous trouvons dans ce nom à la fois l’affirmation métaphysique de l’Être éternellement présent (Je suis), qui est à l’origine et au terme de toute existence, Dieu unique, incomparable, sans limitation, et l’affirmation morale et spirituelle de la fidélité divine.

Yahvé c’est le Dieu qui veut s’unir à l’homme et lui donner sa vie (la racine de Yahvé est à la fois être et vivre). Immortalité, vérité et fidélité sont réunies en Yahvé. Si Élohim met l’accent sur un attribut de Dieu, la puissance, Yahvé révèle davantage son essence même. L’usage de ce dernier nom montre qu’il se rapporte au Dieu de la rédemption et de l’alliance qui se révèle à l’homme pour le sauver.

NDB

LA SIGNIFICATION BIBLIQUE DU MOT AMEN

Ecris à l’ange de l’Eglise de Laodicée: Voici ce que dit l’Amen, le témoin fidèle et véritable, le commencement de la création de Dieu:” 

Apocalypse 3: 14

“Celui qui voudra être béni dans le pays Voudra l’être par le Dieu de vérité, Et celui qui jurera dans le pays Jurera par le Dieu de vérité; Car les anciennes souffrances seront oubliées, Elles seront cachées à mes yeux.

Ésaïe 65 : 16

Amen: Assuré, établi.

Le Seigneur Jésus est appelé l’Amen, c.-à-d. le témoin fidèle, le véritable (Apocalypse 3.14; Esaïe 65.16). Dans ce verset d’Esaïe, le mot Amen est rendu parfois par « Dieu de vérité ».
Mot hébreux signifiant : il en est ainsi, ou : qu’il en soit ainsi (même racine que ferme, fiable, durable, la loi, la vérité, la fidélité).

Ce mot marque l’accord avec ce qui a été dit (1 Rois 1.36); ainsi l’assemblée répond amen à ce qui lui est annoncé (1 Chroniques 16.36; Néhémie 8.6; Apocalypse 22.20).

Il exprime également l’engagement (Deutéronome 27.15-26; Néhémie 5.13), le serment (Nombres 5.22), le désir (Jérémie 28.6), laffirmation (Apocalypse 5.14;7.12;19.4) et l’insistance (Galates 6.18).

Le Seigneur Jésus a utilisé « Amen, amen » traduit par « en vérité, en vérité, je vous le déclare » pour appuyer ses déclarations face à l’opposition de ses adversaires et attester la vérité de ses affirmations (Matthieu 6.2, 5,16;10.23;19.28;24.34;25.40; Luc4.25;9.27;12.44;21.3) surtout dans l’évangile de Jean (5.19,24,25;6.26,32,47,53,8.34,51,58).

Dans les épitres, Amen marque souvent la fin d’un développement et la louange (Romains 1.25, 11.36; Galates 1.5; Philippiens 4.20).

A la lumière de cet enseignement sur la signification du mot Amen, le Corps de Christ est appelé à dire amen de manière réfléchie et responsable pour ne pas tomber dans le piège de l’ennemi. En certifiant, par la voie orale, un accord ou un engagement spirituel contraire à la volonté de Dieu de la vérité, beaucoup de chrétiens s’exposent aux menaces de l’adversaire qui rode comme un lion rugissant (1 Pierre 5.8).

Si nous voulons garder nos âmes en Christ, nous devrions veiller sérieusement sur ce qui sort de nos bouches (Matthieu 12.36).  Ce n’est pas du tout prudent, pour unchrétien, de répondre amen à un sermon hérétique ou à un enseignement biblique dont il ne saisit pas le sens; ce serait faire un acte de folie , car les Écritures déclarent dans Proverbes 18.30 : « Celui qui répond avant d’avoir écouté fait un acte de folie et s’attire la confusion ». La Bible renchérit ,dans le meme sens, en disant clairement que c’est un piège pour l’homme de prendre à la légère un engagement sacré, et de ne réfléchir qu’après avoir fait un vœu (Proverbes 20.25).

Brisonsau nom de Jésus, tous les murs, les liens y compris les autels maléfiques érigés spirituellement contre les destinées de chrétiens à cause de vaines paroles sorties de nos bouches que l’apôtre Jacques qualifie de venins mortels (Jacques 3 : 8-10) , en implorant avec insistance la force de la miséricorde de Dieu dans nos vies. La plus grande puissance que l’univers ait jamais connue, déployée en Christ par le Père Céleste, en le ressuscitant des morts, et en le faisant asseoir à sa droite dans les lieux célestes, donne aux vrais croyants du Seigneur Jésus la victoire sur l’armée des forces des ténèbres (Éphésiens 1 :19-20). Tout ce qui est né de Dieu triomphe du monde, au nom de Jésus.

NDB-TONY KUNSENDE